Rechercher
  • clgduparcsucy

UN CARICATURISTE VIENT TEMOIGNER

Dans le cadre de l'éducation aux médias, de la connaissance des droits et des libertés, de l'éveil à la critique, et du parcours artistique et culturel, des élèves de 3è ont eu la chance d'assister à une conférence menée par un dessinateur de presse caricaturiste tunisien, artiste engagé, Z, qui leur a délivré un récit vivant plein de courage et d'héroïsme.

Voici Z :




Z est né à Tunis en 1979. Architecte le jour, cyberactiviste la nuit, il s’est fait connaître grâce à son blog debatunisie.com, dans lequel il commente et croque l’actualité tunisienne. L’anonymat lui permet de critiquer allègrement le régime Ben Ali. En 2009, la blogueuse Fatma Riahi est même arrêtée par les autorités tunisiennes, accusée d’être Z.

La révolution a permis au blogueur de publier son premier album en Tunisie et de faire connaître son travail dans la presse étrangère (Le Monde, The Economist, Libération…). Aujourd’hui encore, Z préserve son anonymat et continue d’alimenter son blog régulièrement.


Vous pouvez retrouver son blog ici : http://www.debatunisie.com/archives/2021/01/14/38748656.html

et les dessins de ses débuts.


Voici quelques notes prises à la volée de son témoignage:


J'ai dessiné à Tunis au collège et fait des études d'architecture à paris et j'ai commencé par réaliser des plans. Je m'intéressais à l'urbanisme et à un projet à Tunis dans un lac où vivaient des flamands roses. J'ai ouvert un blog sur internet car ce projet menaçait l'environnement et donc les flamands roses.



Ce dessin explique aux tunisiens la menace. J'alertais des dangers que les promesses des promoteurs allaient engendrer. Une ville pour les riches privilégiés, tandis que les habitants de Tunis vivaient dans la précarité.


Les flamands roses du lac allaient disparaître. Ils manifestaient :

"des gilets roses" a clamé une des élèves ! Bien vu !



En arabe les slogans signifient qu'ils ne sont pas contents.


En Tunisie nous étions sous un régime dictatorial. Si on émettait une critique on risquait la prison. J'ai évité au départ d'être frontal, j'avais peur. J'ai utilisé une Signature particulière. Pour me protéger.


Autre dessin car le projet c'est une forme d'invasion d'une ville étrangère qui viendrait bouleverser le monde...





Plus je dessinais plus de gens qui me suivaient. J'avais Facebook.


Dessin du drapeau plus symbolique, je cherchais mon style.



Le président Benali gouvernait le pays d'une main de fer avec une forme de mafia familiale qui tenait tous les secteurs clés de l'économie. Les tunisiens se taisaient. Je commençais à jouer avec le feu.

Ma technique : je dessine au crayon, je scanne et je colorie sur Photoshop.




Dessin car les jeunes manifestaient et étaient emprisonnés alors que la propagande à la télé faisait la louange de Benali pour les élections. Le mauve revient car Benali portait une cravate mauve et c'est devenu la couleur du parti .

On voulait faire croire que le pays était démocratique.

Le mauve et 2009 représentent Benali et son parti, la date celle des élections.

Je n'osais pas encore aller trop loin . Je trouvais des astuces pour symboliser Benali. Je trouvais des astuces pour ne pas me faire choper.

C'est arrivé que certains artistes engagés disparaissent .

Je n'en parlais à personne.


Pour bourrer les urnes le gouvernement faisait voter les morts.





Premier dessin censuré : dans une mosquée, le tableau avec Benali, l'imam en mauve, un seul croyant orienté vers le mirhab, d'où doit se diriger la prière, les autres idolâtrent Benali.



On utilisait les mosquées pour la propagande car étaient infiltrées par le régime. Benali manipulait l'opinion tout en simulant la démocratie.


Mon blog est devenu inaccessible en Tunisie.

Moi j'étais à Paris. Je me suis rendu compte que la moitié de mes visiteurs étaient partis. Très embêtant pour moi, mais il fallait compter sur la ruse des tunisiens qui pouvaient utiliser des proxi. Les tunisiens avaient été habitués depuis très tôt à internet et certains ont réussi à passer la censure.

J'ai donc continué car cela m'a rendu populaire cette censure.

J'ai donc commencé à dessiner Benali.


Mais je ne disais rien a personne.

En plus je rentrais régulièrement en Tunisie. Il ne fallait pas que l'on puisse me reconnaître. Personne ne savait.




Je réagissais à une association de non voyants qui soutenaient Benali un peu pour garder les subventions. C'était une pratique très répandue. Surtout parce que souvent les Tunisiens n'ont pas le choix. Idem pour les clubs de foot, les associations diverses. Ils vivaient grâce aux subventions, donc ils soutenaient le régime.

Pour moi c'étaient montrer que la population courait vers le précipice.


Après les élections victoire évidente de Benali et début de la chasse aux sorcières contre tous les dissidents. Je dessine Benali comme la faucheuse.


Le 06/11/2009 :



J'étais attaqué, mon blog a été piraté et une bloggeuse Fatma prof de théâtre qui reprenait mes dessins est arrêtée. Son avocate me contacte et me dit qu'elle est accusée d'être z. Je continuais à me cacher. J'ai du dessiner le flamand rose pour sauver fatma.


J'avais vraiment peur pour moi et mes parents.

Car la dictature utilise les familles des dissidents pour empêcher les critiques.

Cette histoire a fait bcp parler de moi. Mon histoire a été reprise par France 24 et la chaine de télévision al jazira.

J'étais débordé.

Je me suis dit soit j'arrête soit je radicalise.

J'ai choisi de déclarer la guerre au régime....

Je jouais avec le feu et je n'en parlais à personne même pas à mes plus proches amis. C'était très stimulant mais très frustrant. Comme Zorro ou Batman en secret.


Je me suis lancé dans la bd, j'ai élargi mes supports.

J'ai dénonce la dystopie que voulait Benali qui faisait construire les ponts et voulait accélérer la démographie.

L'état biberonne les enfants dès la naissance et les endocrine.


J'ai réalisé une caricature qui dénonce le régime qui abruti la population et entraine les gens dans les supermarchés ou les commerces qui appartiennent à la famille Benali.


Puis vient l'événement de 2010 isolé devant la préfecture. Le jeune qui s'immole. Cette histoire finit par se transformer en une révolution. Je montre que c'est Benali qui a allumé le feu car il a méprisé la jeunesse.





Le 7 chiffre fétiche de Benali. Ici on voit la famille de Benali qui commence à avoir peur et le palais de Carthage qui est envahi.




Je reprends cette phrase d'un général romain qui voulait détruire les carthaginois dans l'antiquité.




A cette époque, le pays tremblait et commençait à basculer.


Le 13 janvier 2011 j'étais devenu architecte et je travaillais dans une agence. J'ai dû prendre qqs jours de congé pour dessiner au jour le jour.


Le 14 janvier Benali part en Arabie Saoudite.

L'avion atterrit et on appelle le pilote pour qu'il revienne seul en Tunisie. Benali reste en Arabie et l'avion rentre au pays sans Benali. On annonce que le régime de la dictature est terminé.


On se retrouve livré à l'inconnu : qui va prendre le pouvoir ? Police, armée, peuple ?

Image 16 janvier.



Joie

Toute la population débattait dans la rue et le pays rentrait dans un nouvel espoir de démocratie.

Espoir du pluralisme politique.

J'ai mis tous les clichés dans ce dessin : femme, religion avec islamistes, bourgeois, libéralisme, jeune geek, personne âgée , Einstein universitaire...


Cette vague de révolution s'est appelée le printemps arabe.

La Tunisie a amorcé l' élan . L'étincelle a atteint la Libye de Kadhafi, Moubarak en Algérie…


Après la fuite de Benali allais-je le dire à mes parents ? Mon identité ?



La Tunisie est considérée par les dessinateurs comme une forme de femme et la Tunisie a fait évoluer les droits de la femme.

Ici le nez représente la pointe, le corps entier la forme du pays.



La Tunisie était représentée comme une femme belle et généreuse. Donc convoitise de tous ceux qui étaient partis avec la révolution et qui allaient revenir en Tunisie pour piller et profiter.


C'est un pays ouvert et instruit.

Mais ce n'était pas suffisant.

Benali a abruti pas mal les gens.

J'hésitais et donc je ne me suis pas montré.

J'ai qd même dit à mes parents que j'étais z et à des amis mais j'ai gardé mon anonymat.


Puis dessin post révolution avec mon blog réouvert.



"Les acquis de la Révolution : la police apprend à dialoguer avec le citoyen"

Les violences policières étaient toujours là sauf que le ministère de l'intérieur s'excusait.



La police ne manquera pas de rappeler qu'elle est d'abord au service des citoyens


J'ai imaginé une campagne politique avec un parti inventé.

On était en train d'écrire une page blanche et j'évoquais tous les sujets qui me venaient.

Ici grande avenue de Tunis avec un coffee shop : campagne politique que je faisais pour savoir quel régime allait arriver.




Après la révolution qui chassait un dictateur on se disait qu'on allait préparer les membres de l'assemblée constituante.


J'ai ensuite dessiné une mosquée se terminant par un bar nommé Alaouak Bar. De la mosquée sortaient des fidèles, du bar des Tunisiens éméchés par la bière nationale Celtia.

Nom du bar possible car le pays est ouvert intellectuellement et je voulais montrer le partage entre les Tunisiens qui peuvent être croyants, pratiquant ou pas, et qui coexistent pacifiquement. Mais le nom du bar m'a apporte des pbs.

J'ai reçu des menaces car ce dessin est considéré comme un blasphème.


A cette époque, on n'a pas encore rédigé la nouvelle constitution et je pouvais encore me faire arrêter car les lois étaient celles de l'ancien régime.


Puis dessin où je propose un tourisme dans lequel je montre la coexistence de tous. Avec le flamand du premier dessin du lac.



On est dans l'utopie. Une vision positive et ambitieuse de l'avenir.


La Tunisie demeure encore aujourd'hui le seul pays du Printemps arabe qui continue d'avancer mais lentement.


Image des affiches collées accusée de blasphème car elle dénonce les islamistes qui se réclamaient de dieu.




Je suis alors rentré dans la clandestinité.



J'ai adhéré à Cartooning for Peace en 2001 quand Plantu du Journal Le Monde m'a contacté pour m'inciter à être protégé. Plantu l'a fondé pour aider les dessinateurs.


Par exemple un dessinateur syrien qui a été torture et à qui on a cassé les doigts a été soigné grâce à cette association..

Un caricaturiste s'attaque au pouvoir normalement.

On peut se tromper et jouer avec les limites mais le dessin a le droit de susciter le débat.


La kaaba : Je montre que ceux qui vont voter sont les conservateurs, et pas le peuple plus modéré et ouvert.



Que prédit ce dessin ? que la constitution va être écrite par des intégristes.

Un gars s'est fait arrêter pour blasphème.


"Zaballah" c'est un système. L'Etat devient islamistes et la Tunisie s'islamise . Zaba c'est le surnom de Benali ... couplé avec Allah...




Avec Benali il y avait d'autres partis qd même. Un dessinateur a été libéré par le président. Il commence à y avoir des contrepouvoirs.


Image du bar attaqué par la police car les bars sont devenus interdis le vendredi.



A chaque élection, en Tunisie, les islamistes perdent des voix.

Le seul acquis de la révolution s'est de séparer les 3 pouvoirs : exécutif législatif et judiciaire.


Voir le blog de Z : http://www.debatunisie.com/

et Cartooning for Peace : https://www.cartooningforpeace.org/


677 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout