Rechercher
  • clgduparcsucy

CONCOURS AMOPA




ET

Camille OLIVE : 2e prix ex aequo dans la catégorie Jeune Nouvelle



Yassine BEN HADJ :

Expression écrite: l’école, un lieu d’éducation à la liberté

Je vais vous montrer que l'école est un lieu d'éducation vers la liberté avec ses circonstances et limites.

D'ailleurs, qu’est-ce que la liberté ? Cela consiste à agir selon ses propres choix sans nuire à autrui. Mais il y a d'autres définitions comme la liberté d'expression qui permet d'avoir un avis différent des autres ou de pouvoir s'exprimer en cours, la liberté de croyance qui consiste à avoir la religion de son choix sans avoir peur de l'avis des autres, il y a la liberté d’action qui donne la possibilité d’agir sans contrainte.

Les établissements scolaires nous permettent d’acquérir des capacités mentales et physiques qui vont nous préparer pour notre futur, comme l'éducation physique et sportive qui nous permet de développer notre corps et nous donne le goût du sport, l'Histoire qui nous instruit sur l'Histoire du monde, le français qui nous apprend l’orthographe et à faire de belles rédactions et les mathématiques qui nous donnent la possibilité d'effectuer des opérations et de tracer des figures géométriques utiles pour plus notre vie présente et future.

Personnellement, je pense que l'école est un lieu d'éducation vers la liberté, car cette dernière ouvre des portes vers un bel avenir libre et heureux. Sans études, seulement quelques portes seront ouvertes et malheureusement pour les élèves qui ne suivent pas le chemin de l’école, ces derniers risquent d’aller vers la porte du chômage ou peut-être celles de la criminalité et d’un univers carcéral plutôt que celle d’'un monde joyeux, paisible et libre.

L'école est un lieu tout plein de liberté et d'autonomie grâce aux éducateurs qui m'ont donné la force de m'envoler de mes propres ailes, malgré certaines contraintes comme une certaine discipline : respecter les horaires, le règlement intérieur et le code vestimentaire. Il existe aussi des limites à la liberté d'expression et d'action : ne pas parler en même temps que le professeur, ne pas perturber ni frapper les autres et ne guère consommer de substances illicites.

Pour conclure, l'école est un lieu d'éducation vers la liberté et, avec ses règles, elle offre une formation solide pour affronter la vie et ses complications. Et je suis ce chemin pour être un homme libre et heureux.



CORENTIN ROMANET :

L’école est-elle un lieu d’éducation à la liberté ? Pensez-vous qu’elle vous a accompagné sur ce chemin ? Comment, en quelles circonstances, et dans quelles limites ?

Je pense que l’école est bel et bien un lieu d’éducation à la liberté pour différentes raisons.

Tout d’abord, lors des cours d’Éducation Civique et Morale, on nous apprend ce qu’est la liberté , nous découvrons quand, comment elle s’applique et dans quelles limites. Je me souviens d’une citation de mon professeur d’histoire : « Notre liberté s’arrête là où celle des autres commence ».

Par exemple, lorsqu’il y a un conflit entre deux élèves ou bien même entre un élève et un professeur, on comprend très vite cette notion. Dans ce cas- là, notre liberté est de pouvoir dire ce que l’on pense à l’autre sans pour autant lui manquer de respect.

Je dirais aussi que l’école nous permet dès le plus jeune âge d’apprendre à vivre ensemble malgré nos différends. On nous apprend par exemple à partager nos jouets, à bien nous entendre ou à nous supporter, même si ce n’est pas le cas, à gérer nos frustrations et à gérer nos colères.

Cependant, l'école peut présenter des limites à notre liberté. Ainsi j’ai pu observer au cours de ma scolarité certains élèves auxquels le système scolaire ne convenait pas du tout. On ne peut pas prétendre qu’une personne est libre si elle est dans l’incapacité de partir. C’est le cas pour ces élèves qui perdent et font perdre leur temps aux professeurs et au reste de la classe. Malgré leur désintéressement total pour les matières enseignées, ils sont obligés de se rendre à l’école jusqu’à leur seize ans. Du fait qu’ils ne présentent aucune bonne volonté, ils dérangent les cours des autres élèves et des professeurs. La liberté d'apprendre des uns et des autres s'en trouve limitée.


Je trouve également que le système scolaire ne nous laisse malheureusement pas assez exprimer notre personnalité et notre créativité. Nous suivons tous les mêmes classes, leçons, contrôles… Si un élève ne parvient pas à suivre sa « formation », on lui fait recommencer la « procédure » en le faisant redoubler. Si, à un certain âge, l'élève ne rentre toujours pas dans les critères, il est expulsé du système scolaire, parfois sans aucun bagage. Je trouve que nous sommes parfois comme dans une production à la chaîne où l'on fabrique les futurs travailleurs de demain.

Par ailleurs, certains professeurs nous permettent plus ou moins exprimer nos différentes libertés, comme par exemple notre professeur de Français qui nous laisse particulièrement la liberté de nous exprimer, ou notre professeur de Musique, le droit de d'écouter, et notre professeur d'histoire, le droit d'apprendre, de nous faire notre propre opinion sur les événements passés et actuels.

Tout au cours de notre scolarité, nous rencontrons une autre limite à notre liberté. En effet nous recevons beaucoup de pression par rapport aux résultats, pointant du doigt ceux qui ont de mauvaises notes. Pour que le niveau de réussite des épreuves soit plus élevé, on baisse la difficulté en les réformant. La mise en place des compétences a été bénéfique par rapport à cette pression, mais je crains que les intentions de cette réforme ne soient pas louables. Je pense que leur but principal était de rendre moins visibles les mauvais élèves.


Si plutôt que de les obliger, on attendait que les enfants éprouvent le besoin d'apprendre, cela serait sûrement très différent. Des chercheurs en ont fait l’expérience. Ils ont pu observer que lorsque les enfants en éprouvent l'envie, ils sont demandeurs et sont munis d'une motivation, d' une détermination et d'une soif de savoir inébranlables.

Donc, d'un point de vue externe , l'école est un lieu d'apprentissage à la liberté, ceux qui y ont accès peuvent s'estimer heureux. C'est comme tout, il y a de bons comme de mauvais points, mais en étant objectif nous pouvons accéder au savoir grâce à elle, tout en étant relativement libre.



Noëline BOUSKILA LE COUSTER :

Depuis notre plus tendre enfance, tout le monde va à l’école : elle est obligatoire jusqu’à seize ans. Mais, est-ce que l’école nous éduque à la liberté, une valeur de la République française ?

L’école, un lieu de contraintes

D’une part, à première vue, l’école semble imposer de nombreuses contraintes et par conséquent, être contraire aux pratiques de la liberté.

Après être rentré dans l’établissement, on ne peut plus en sortir avant d’avoir fini ses heures de cours ou exceptionnellement pour cause de maladie ou de blessure grave. De plus, on suit les matières et les thèmes du programme, le plus souvent, sans avoir notre mot à dire. On ne peut pas les adapter à notre humeur ni à notre état d’esprit du jour. Ensuite, les journées sont rythmées par des sonneries toutes les heures. Les élèves sont semblables à des soldats : ils suivent les ordres et on réprimande les fauteurs de troubles ! Enfin, l’école est entourée de limites visibles que l’on ne peut franchir : il y a des grilles partout autour. Et le midi, on est obligé de manger tous dans la même salle et cette cohabitation forcée est bruyante et ne permet pas de se consacrer à autre chose que le repas pendant cette pause.


Personnellement, étant demi-pensionnaire, il m’est déjà arrivé d’être enfermée dans le collège alors qu’un professeur était absent juste avant l’heure de manger. Alors que certaines de mes amies pouvaient librement sortir de l’établissement, aller manger une pizza ou se reposer chez elles, j’étais bloquée dans le collège à ne rien pouvoir faire. Pourquoi les demi-pensionnaires ne peuvent-ils pas sortir du collège comme les externes ? Ne serait-ce pas une chance de pouvoir entrainer notre autonomie en dehors du collège dans ce cas-là ? Je trouve que c’est contre-productif dans l’éducation à la liberté qui m’est donnée.


L’école, un lieu d’apprentissage

D’autre part, l’école nous apporte beaucoup de connaissances et dans des domaines très divers tels que les mathématiques, le français, l’histoire ou l’éducation physique et sportive. A l’école, on a la liberté de savoir, d’apprendre. Toutes ses notions, notamment des différents modes de vie qui existent ou des causes de catastrophes passées telles que les deux guerres mondiales, ainsi que la possibilité de découvrir des vocations, des passions dans les activités proposées, aident au développement de l’individu futur que chaque enfant deviendra. De plus, avoir des connaissances permet de comparer plusieurs choses et, individuellement, de faire les choix qui nous sembleront les plus judicieux. Sans compter qu’à l’école, on passe nos journées avec d’autres enfants qui ont des familles différentes et d’autres points de vue que les nôtres. Ce lieu d’échanges permet également de se forger une personnalité et de connaître un autre cadre que le milieu familial. Dans l’établissement, on développe donc sa liberté de conscience : croire ou pas en une religion ; sa liberté de penser, d’avoir une opinion propre, d’être d’accord ou non avec une autre personne et sa liberté de critiquer tout en grandissant et en évoluant sereinement. Puis, les devoirs nous apprennent à être autonomes, à être responsables et que chaque acte, chaque choix a des conséquences. Par exemple, si un élève décide de faire ses devoirs, il s’améliorera mais, si cet élève décide de ne pas les faire, il sera puni, mais surtout, il risque de ne pas réussir dans la matière délaissée et de ne pas acquérir les connaissances attendues, ce qui réduit le champ des possibilités après les études.

Enfin, on peut observer que chaque établissement a un règlement à suivre à la lettre. Ce côté disciplinaire de l’école nous inculque le respect des autres et des règles. Dans l’article 4 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen, on peut lire la maxime : « La liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres. ». Après mûre réflexion, il semble plutôt que l’école soit un lieu d’éducation à la liberté.

A mon arrivée en maternelle, j’étais vraiment timide. Jusqu’au CP, je n’arrivais pas à parler à d’autres personnes que les membres de ma famille. Et puis, un jour, la maîtresse m’a demandé de lire un paragraphe à la classe. Le premier jour, je n’ai pas réussi alors que je savais très bien lire ! Chaque jour, élève après élève, on lisait un paragraphe chacun et au bout d’un mois, j’arrivais parfaitement à lire mon paragraphe devant mes camarades ! Ça me faisait même plaisir ! D’année en année, je me suis améliorée : j’ai récité des poésies, des tables de multiplications voire même des leçons et aujourd’hui, je suis beaucoup moins stressée lorsque je passe à l’oral ! Plusieurs de mes amies sont dans le même cas que moi ! Même s’il y a toujours des progrès à faire, l’école m’a permis d’entrainer ma liberté d’expression pour qu’une fois majeure, ma vie soit plus facile !

Pour finir, lors du passage de l’oral de stage, chaque élève avait un horaire et des juges propres, c’est-à-dire différent des autres élèves. On avait le choix du support de présentation et on pouvait sortir du collège entre les cours et l’oral. Je trouve que c’était un bon entraînement à l’autonomie, au respect et à la responsabilité.

L’école : davantage de liberté que de contraintes

En conclusion, la liberté est la faculté d’agir selon sa volonté en fonction des moyens qui sont à notre disposition sans être entravé par le pouvoir d’autrui, mais il ne faut pas confondre liberté et laxisme. Il faut des limites pour que chaque individu ait la même liberté qu’un autre : pour qu’ils soient égaux. Le mot contrainte n’est donc pas opposable au mot liberté dans la mesure où pour construire son libre arbitre on a besoin de repères, de valeurs, de références, quitte à les remettre en cause plus tard. Les établissements scolaires nous aident et nous accompagnent dans ce but, tout en nous offrant l’opportunité de prendre de la liberté par rapport à notre famille, de devenir indépendant et de prendre des décisions par nous-mêmes.

Selon moi, l’école est donc un lieu d’éducation à la liberté.



Amandine FRANCOIS :


L'école éduque à plusieurs libertés indispensables à l'épanouissement de l’enfant qui se développe au fur et à mesure de l'apprentissage et des expériences dans le milieu scolaire.

En premier lieu l'école sert à apprendre à sortir du milieu familial pour vivre des expériences avec des personnes de notre âge, à nous confronter à des adultes qui ont une approche différente de celle de nos parents.

Personnellement je pense que l'école est là pour instruire tous les élèves, c'est-à-dire leur donner les connaissances, les comportements qui leur permettront de trouver leur place dans la société, de penser de manière autonome et de devenir des citoyens libres.

L'école éduque à plusieurs sortes de libertés : la liberté d'expression qui permet à chacun d'exprimer librement ses idées par tous les moyens qu'il juge nécessaires, la liberté d'opinion nous donne la possibilité de penser comme nous le souhaitons, d'affirmer des opinions contraires à celles de la majorité. Par exemple, lorsque nos professeurs nous demandent de débattre d'un sujet, nous pouvons librement donner notre avis.

L'école qui est laïque nous enseigne également la liberté de conscience. Par exemple dans une classe nombreux sont les élèves libres de croire ou de ne pas croire en telle ou telle religion. Dans les discussions ils ont la possibilité de contester, de chercher la vérité.

Au collège, nous avons la liberté de décision : nous pouvons agir comme nous le souhaitons, seul ou avec nos camarades.

L'école nous enseigne aussi la liberté intellectuelle : nous recevons les informations avec de nombreux points de vue différents, comme c'est le cas en histoire pendant les cours de langues, de musique et d'arts, car nous apprenons ce qui s'est déroulé dans le passé et nous apprenons les événements présents et parlons du futur.

Nous avons aussi la liberté d'action car grâce à l'égalité au sein de l'école nous apprenons la même chose et nous sentons libres de nous réunir, de défendre une cause en créant par exemple des affiches.


La base de l'apprentissage passe par l'envie qu'un élève manifeste dans l'étude de certaines matières. Pour ma part, ma matière préférée est l'espagnol, car j'aime beaucoup les langues étrangères et trouve qu'elles peuvent être utiles n'importe où et n'importe quand, lorsque nous voyageons ou rencontrons des étrangers. Heureusement que je suis allé au collège et que j’ai choisi cette matière, sans quoi je n'aurais pas eu l'idée de l'apprendre. L'école m'a permis de découvrir cette magnifique langue et en apprenant toujours plus à la connaître, j'ai envie d'en découvrir davantage sur ses origines et la culture espagnole.


Pour finir je trouve que les sorties pédagogiques sont un très bon moyen d'apprendre d'une autre manière, notamment les sorties au cinéma, car après avoir visionné le film, nous pouvons en débattre et donner notre avis librement.

Si toutes les matières ont un rôle à jouer dans l'éducation à l'autonomie, il y a tout de même certaines limites à notre liberté, des contraintes selon l'établissement car il faut respecter le règlement intérieur, les horaires qui peuvent donner un emploi du temps très chargé et un code vestimentaire qui ne nous permet pas forcément de nous habiller comme nous le souhaitons.

On peut en conclure malgré ces limites que l'école nous enrichit, nous apprend la vie en société, nous fait développer nos capacités physiques, morales et mentales, et nous enseigne toutes sortes de libertés : l’école est donc un lieu d’éducation à la liberté.

505 vues